Historique

La naissance (avant 1992), fruit d’amitiés et de parcours sportifs divers.

1987 : Une activité Baseball était organisée au sein du collège de CEYRAT (63) par Gilles BOURDIER. Il a ainsi initié une poignée d’adolescents du village de Varennes (Olivier CHARLIONET, François DULPHY, Stéphane et Laurent CHANNAC, Xavier et Gérald RAMBAUT, Laurent RIVES) qui profitaient des vastes étendues champêtres de leur petit bourg pour pratiquer toutes formes de jeux autour de la frappe et des lancers ; les règles étaient plus que sommaire et le matériel d’autant plus : une seule balle dure, un seul gant, un casque de chantier en guise de masque de receveur, un gros coussin à la place du plastron et une batte de 1,200 kg taillée dans un frêne local.

1989 : arrivés au lycée de CLERMONT-FERRANT, les compères créent une section baseball qui pratique tous les mercredis après-midi à l’emplacement du terrain actuel qui ressemblait plus à un champ de bombes volcaniques qu’à une surface de jeu. Désormais possesseurs d’un peu plus de matériel (au moins 10 balles et 4 gants), on pouvait s’entraîner.

C’est le 22 avril 1992 que débute l’aventure grâce aux fondateurs Olivier CHARLIONET et François DULPHY qui créent le club des Arvernes de CLERMONT-FERRAND (N° d’affiliation 063002). Quelle ne fut pas la surprise de voir qu’il existait un autre club auparavant (dans le début des années 80) ; les « Cheerokees » de CLERMONT-FERRAND qui n’ont pas vécu plus d’une saison.

Les débuts (1993-1994) difficiles parcours du néophyte.

Quelques personnages emblématiques du club nous rejoignent : Lionel DHUR, Stéphane GRESOVIAC, Sylvain LAFARGE, François et David RICHARD (qui jouaient eux aussi dans un champ du côté de LA SAUVETAT).
Pour seule compétition au cours de cette première année : un match de 3 manches contre le club d’EGLETON sur un score à la hauteur du jeu où chaque phase était disséquée devant le livre de règles officielles. Qu’importe, un match par an ce n’est pas suffisant !

Les difficultés commencent : pas de championnat local, pas de médiatisation, pas de matériel. Le seul gros club de la région de l’époque était ARPAJON SUR CERRE mené par la famille IZOULET. Mais suite à des problèmes internes, ce club de plus de 60 joueurs était en fin de vie. Restait Le PUY EN VELAY qui vivotait depuis la fin des années 80.
Nous nous sommes retournés sur la Ligue Rhône Alpes qui nous a gentilment fait comprendre qu’ils n’étaient pas intéressés. Dernière possibilité : la Ligue Bourgogne avec une DH à 5 clubs…
Toujours, Olivier CHARLIONET et François DULPHY participent au fameux stage du Vigan. Ce fut un fait plus que marquant pour notre club, car il posait les bases techniques du club grâce à Matt ALSTON (entraîneur sur le CD du Gard alors que NIMES évoluait en Élite à l’époque).
Au cours de cette magnifique formation, et alors que nous avions 18 ans, on apprenait, avec stupéfaction, à lancer une balle par ses coutures, à frapper avec la main gauche en bas du grip des battes et non l’inverse pour un droitier.
La passion était bien ancré et encore merci aux Beaucairois et aux bénévoles et joueurs du Vigan.

Les premiers championnats (1995-1998)

Pleins d’enthousiasmes, d’autant plus que Dominique AGIUS (venant de LOURDES) nous encadre et fédère un groupe de potes qui sont quasiment tous sur la faculté des Cézeaux à frapper la balle entre deux cours. Son dynamisme, son humanité et sa vision « rugbystique » (avec beaucoup d’engagement physique et mental) de Domi sont des valeurs encore bien présentes au club.

Débarqués de son Aquitaine natale, Hervé CAULLIER, avec 55 kg et une magnifique raie au milieu du crâne, et Baptiste IZOULET, avec son brushing impeccable même en ayant catché 3 heures au soleil,  apportaient au groupe toute leur science du jeu de l’époque, car tous deux avaient évolué dans de « gros » championnats régionaux.

Deux néojuniors pleins de talents faisaient aussi leur entrée en équipe Une : Sébastien GRIMAUD et Yoann BERNARD.

Équipe encore complétée par quelques valeurs sûres de l’époque telle que Cyril LE PEN ou Franck AMADON. Le Club se développe en douceur et dans la convivialité, mais toujours sans trop de moyens financiers et sans véritable terrain.

En effet, notre back-stop de l’époque était constitué d’un filet, qui servait à retenir les ordures des bennes des Cézeaux, tenus par 2 vieux buts de foot amovibles. Le sol était parsemé de bombes volcaniques ou tout slide garantissait une brûlure au second degré. L’espace en infield était entièrement impacté de trous de marteau lancé par le champion de France junior qui s’entraînait ici.

On avait bien 3 battes, 20 balles et des bases faites maison et cela suffisait à notre bonheur pour nous entraîner !

Quatre années de championnat bien formateur en régional Bourgogne et puis un jour, enfin, voit l’apparition du championnat Auvergne avec les équipes du PUY EN VELAY, d’ARAPAJON SUR CERRE et des Royals de CLERMONT-FERRAND. Pendant 3 saisons, il y eut 2 clubs sur CLERMONT-FERRAND et les Royals comptaient dans leur rang une douzaine de joueurs.

Une équipe féminine voyait le jour avec une génération de joueuses telles que Christine BALAGE, Marie BREBION, Laurence CAULLIER, Sabine LAGREZE, Stéphanie SAUVADET …

Quelques jeunes joueurs faisaient leurs premières armes et déjà on voyait pointer les frères RODRIGUEZ, Thomas MEDINA, Kevin WALKIEWIEZ et Florent COUDERT. Un championnat indoor très dense (jusqu’à 17 clubs) existait alors sous la dénomination « Centre France » et nos jeunes talents de 8 à 12 ans effectuaient une trentaine de rencontres par saison.

Le championnat Auvergne se faisait avec 4 équipes.
La participation à des tournois majeurs et réguliers des années 90 (MEYZIEUX et OLIVET) nous permet de nous confronter à de véritables grosses écuries d’Élite (St PRIEST, ROUEN, OLIVET, …). On finissait toujours en milieu de classement de ces tournois et cela nous motivait et nous préparait à la N3 (phase finale régionale).
Deux participations consécutives à ce championnat nous permettaient d’arriver au plateau final et enfin en Nationale 2 en 1998.
Cette phase finale était historique pour le club, non seulement pour son accession, mais aussi pour la formidable rencontre face à PORT DE BOUC que l’on gagne sur le score de 8 à 7 devant 400 spectateurs.

Dès l’année suivante, et devant la décision de faire 2 poules en Élite (N1A), la N1B n’avait que 5 participants et tous venaient du nord, car les clubs du sud voyaient leur activité décroître. Le grand Est de la France commençait aussi à se désertifier et des clubs comme le DUC, BEINE NAUROY, NANCY, STRASBOURG et BESANCON n’évoluaient plus en nationale du jour au lendemain. La fusion de la N1B et de la N2 était indispensable. On jouait désormais en N1.

Le club a 5 équipes dont 3 seniors juniors, mais peu de moyens financiers et surtout tellement peu de partenaires de jeu. Heureusement un autre club auvergnat vit le jour à SAINT-FLOUR.

La période charnière (1999-2002)

Dominique était déjà reparti dans le sud alors que le projet du terrain était dans les cartons : c’était tellement grand, tellement beau que personne n’y croyait !
3 personnes sont à l’origine et ont œuvré pour la création de cette structure de jeu. Monsieur ROBIN (Directeur des services sportifs de la Ville), qui réalisait le montage financier et assurait la défense du projet auprès des élus, Monsieur CHARLES (Architecte de la ville) qui faisait l’étude technique et le suivi de la construction et Olivier CHARLIONET qui a élaboré le cahier des charges, les plans et réalisé le suivi continuel des travaux.

Alors que l’équipe 1 progressait grandement on assistait à la dissolution du groupe féminin qui comptait près de 15 joueuses, dont quelques grands talents.

Cette année 1999 a été plus que rude humainement, car on jouait toutes nos rencontres home à l’extérieur, soit près de 9000 km justes pour la 1re phase de championnat. Sportivement, le club accède chaque année aux phases finales notamment grâce au pitching assuré par Olivier CHARLIONET et le canonnier Canadien Tim WOOD. Les slugger de l’époque étaient Yoann BERNARD, Sebastien GRIMAUD, Stéphane CHANNAC, Xavier SOYER, Tim WOOD.
Tim WOOD et Yoann BERNARD prennent alors en charge le groupe des minimes/cadets. On participait à nos premiers championnats de France en catégorie jeune.  Nicolas PELLET remplace par la suite Yoann et participe pleinement à l’évolution future de nos jeunes.

La spectaculaire évolution du club (2001-2003)

La finale Elite 2000 opposant le PUC à Montpellier est l’événement inaugural du terrain. Cette manifestation fut une très grande réussite organisationnelle ; 950 baseballeurs provenant des 4 coins de la France (remerciement spécial au club de NIMES et à ses 42 participants, ainsi qu’aux clubs de Lorraine qui étaient présents sur le site 5 heures avant le début du match), 48 bénévoles, 2500 spectateurs, 6 TV, une inauguration devant un parterre de plus de 100 invités élus et salariés des collectivités locales.
Aucune manifestation baseballistique n’a était de cette ampleur depuis 2000. La finale termina par une victoire du PUC en deux matchs.

Au lendemain de cet événement majeur, il fallait passer à l’étape supérieure. Olivier CHARLONET devient salarié du club en janvier 2001.
Un plan de développement est mis en place, le niveau de jeu progresse, les équipes s’étoffent.
Des stages de formation sont mis en place. Une première participation aux interligues, les tournois fleurissent, la boutique du club propose tous les accessoires de jeu et textiles du club pour les adhérents. Le club compte près de 100 licenciés.

Une période difficile (2004-2005)

Commence la phase de pérennisation de la structure. Les jeunes dirigeants historiques laissent leur place à un groupe de parents. Le club fait intervenir Eric TUFFREAUD dans le manageriat de l’équipe 1. En effet, après 6 années de manageriat, il était intéressant que les joueurs perçoivent un autre coaching.
Un différend entre certains membres du club oblige le bureau à réunir une assemblée générale extraordinaire. Suite à cette réunion, 5 joueurs de l’équipe 1 quittent le club.

Malgré ces difficultés, deux jeunes clermontois font leurs premières sélections en équipe de France Cadet. Thomas MEDINA et Brice LORIENNE représentent la France au championnat d’Europe Cadet en République Tchèque.

Le niveau de l’équipe 1 chute, mais nos jeunes progressent vite. De plus, Nicola PELLET amène notre équipe Cadet au titre de vice-champion de France 2004 où l’on échoue en finale face à MONTIGNY sur le score de 6 à 4. Ce score sera le plus serré que MONTIGNY connaîtra en finale au cours de 4 dernières années. L’équipe dirigeante constituée principalement d’Olivier CHARLIONET, Nicolas PELLET et Stéphane CHANNAC font leurs maximums pour reconstruire des bases solides.

Le début de la grande aventure (2006 et plus)

Deux nouvelles équipes jeunes sont créées sur GERZAT. Des tournois corpo et scolaires sont mis en place. Le terrain est désormais éclairé par 90 000 watts et l’on voit se dresser un énorme tableau d’affichage.

Le bureau directeur est depuis 2004 bien plus serein et même si les difficultés sportives persistaient depuis 2004 l’ambiance est très chaleureuse, constructive et ambitieuse.

On cherche des financements supplémentaires pour créer un second poste salarié et c’est Martin PICARD qui est retenu. Il a en charge l’équipe 1 ainsi que la gestion du centre d’entraînement.

L’ouverture du CER arrive un an plus tard que prévu, mais c’est 13 athlètes qui s’y inscrivent dès la première année.

De plus, nous avons hâte d’en découdre. Avec la venue d’Antoine GOSSELIN et de Ianis BOUTELOUP qui sont déjà très impliqués dans le club. On les remercie déjà pour leur état d’esprit exemplaire, avec le retour de Yoann BERNARD, la progression des juniors et les beaux restes des trentenaires, on dispose là d’un groupe solide et ambitieux.

La saison 2007 s’annonce alors très bonne, en effet, les hommes de Martin PICARD finissent la saison à la deuxième place de la poule C avec une fiche de 16 victoires et 8 défaites et accèdent aux playoffs. En demi final, les Clermontois affrontent les Cougars de MONTIGNY LE BRETONNEUX. Après avoir gagné le match 1, les Arvernes s’inclinent à l’issue du deuxième match grâce à une grande performance du lanceur ignymontain JB COUTON. Mais les Arvernes ne se dégonflent pas et gagnent le dernier match afin de se qualifier, pour la première fois de son histoire, en final du championnat N1.

Comme en demi-finale, les supporters se déplacent en masse pour soutenir les gars. Après que la Marseillaise soit chanter de part et d’autre, l’arbitre annonce « playball! » mais le premier match n’est pas une réussite, et les Arvernes s’inclinent. La nuit portant conseil, le lendemain les gars se montrent très agressif et marquent beaucoup de point lors de cette deuxième rencontre qui se finit en mercy rule à la septième manche. Nous voilà au troisième et dernier match de la final, pas le droit à l’erreur. Comme au match précédent les joueurs vont gagner cette rencontre en mercy rule à la septième manche….ON EST LES CHAMPIONs!!! les titres de MVP et Meilleur Lanceur sont attribués respectivement à Yohann BERNARD et Olivier CHARLIONET.

Cette année 2007 est une bonne année aussi pour nos internationaux juniors. Brice LORIENNE est élu meilleur frappeur du championnat d’Europe avec .556 avg et Thomas MEDINA est élu meilleur scoreur.

L’Elite (2008-2009)

L’équipe 1 accède à l’élite, les joueurs sont plus que motivés à en découdre avec les 7 autres meilleures équipes de France, notamment grâce à l’arrivée de deux canadiens venus renforcer l’équipe pour la saison, Brett MURRAY et Doug GRANT. L’objectif est de se maintenir en élite et c’est chose faite avec une fiche de 9 victoires et 19 défaites, leur assurant une autre campagne en élite pour la saison 2009.

Cette année 2008 est aussi marquée par l’organisation du challenge de France à CLERMONT-FERRAND. Encore un événement très bien mené par les organisateurs. La finale opposant SAVIGNY à SENART a vu les Templiers remporter le titre. A noter que Jamie CUDMORE, célebre joueur de rugby de l’ASM, a lancé la première balle de la finale.

A la fin de l’année 2008, Martin PICARD annonce sa démisision, et c’est Olivier CHARLIONET qui reprit le coaching. Malgré l’arrivée de plusieurs joueurs de St PRIEST et de plusieurs joueurs nord-américains, l’alchimie n’est pas au rendez-vous et les Arvernes perdent matchs après matchs. A la mi-saison, un nouveau coach arrive à CLERMONT-FERRAND en la personne de James MONDESIR (ancien joueur des Capitales de QUEBEC en ligue CAN-AM). Malgré les acharnements aux entrainements, le fossé est trop grand à combler avec les autres équipes et les Arvernes finissent à la dernière place.

La reconstruction (2010-2014)

L’équipe note plusieurs départs de taille, et dois faire jouer de jeunes joueurs pour pouvoir s’engager dans le championnat N1 en 2010 sous les ordres de Fabricio RODRIGUEZ. L’équipe finit dernière de la poule C.

Au niveau international, Brice LORIENNE accroche la troisième place au championnat d’Europe avec l’équipe de France en République Tchèque.

La saison 2011 est marqué par le retour de Sébastien GRIMAUD qui prend en charge l’équipe 1 avec Lionel DHUR. Deux autres joueurs font leur arrivée, Colin NICOLAS en provenance de St-JUST-St-RAMBERT et Julien CAUCHY qui vient de PERPIGNAN. Brice LORIENNE quant à lui part jouer à SENART. L’équipe est toujours aussi jeune et finit encore à la dernière place de la poule.

Brice LORIENNE revient pour la saison 2012 à Clermont alors que Julien CAUCHY est partit pour ses études au pays de l’oncle Sam. L’équipe retrouve la poule C et reprend goût à la victoire en finissant à la 4ème place de la poule avec 6 victoires et 10 défaites.

Au niveau international, Marjorie BRUNEL représente la France au championnat d’Europe de softball U19 en République Tchèque. Les filles remportent le bronze. Duncan LINOSI fait aussi ses premières sélections avec l’équipe de France cadet.

Les filles font une très bonne saison en étant vice championne du championnat Rhône Alpes leurs permettant de se qualifier pour le championnat de France de softball. C’est la première fois qu’elles accèdent à l’élite du softball féminin. Malgrè avoir laissé une belle empreinte, les filles finissent dernières.

Les saisons 2012, 2013 et 2014 se déroulent en championnat de 3ème Division (N1) est les Arvernes de coeur (Brice, Seb, Colin, David, Cyril…) prennent en charge l’équipe et intègrent les jeunes et les nouveaux.

Un titre de vice champion nous permet d’accéder à la D2.

Le renouveau (2015 – ….)

Le club remet en place un ambitieux plan de développement afin de renouer avec le plus haut niveau. Seb. Grimaud s’implique dans le coaching.

On reconstruit l’équipe Une. Des anciens reviennent. Des apports étrangers (Mac Gill et Lauer) augmentent drastiquement le niveau de jeu et amènent dans leur sillage les autochtones. Une saison en D2 palpitante et où on ne fait pas de détails et où l’on bouscule les prétendant finalistes des années précédentes : La Rochelle et Montigny. On finit sur une superbe fiche de 15 à 5 avec une grosse domination au pitching (Mc Gill et Charlionet).

mac 2Classement de la saison 2015

Un seul gros écueil, le Pôle France et sa myriade de  jeunes lanceurs. On perd logiquement la série de la finale 3 matchs à 1 par manque de profondeur de notre banc.

Résultats de la saison 2015 et Stats de la saison 2015

En 2016 , c’est notre grand retour en Elite. Brice Lorienne sera notre head Coach. Freddy Lange, jeune joueur polyvalent qui vient du Vénézuela via une saison en N1 à St Lô, nous rejoint ainsi que 4 joueurs étranger.  Notamment Peter Gehle, qui nous permet de nous hisser à la 5ème place de l’Elite française. On perd en 1/4 de finale face aux Toulousains mais c’est une énorme performance pour un club promu !

Classement de la saison 2016 – Résultats de la saison 2016 – Statistiques de la Saison 2016

To be continued…